EDITO

Travailler avec des matières premières naturelles, qui plus est végétales, est loin d’être anodin !
Elles sont soumises à des cycles naturels tels que la saisonnalité ou encore la variabilité de concentration en principe actif. Certaines se cultivent, certaines se récoltent, avec nécessairement une plus ou moindre importante intervention et donc maîtrise de l’Homme. Annuelles, souvent saisonnières, venant parfois de très loin et nécessitant un long voyage, il nous faut estimer au plus juste nos besoins de l’année, au risque de devoir attendre un an supplémentaire avant la prochaine culture et/ou récolte.

Ces matières végétales doivent par ailleurs survivre aux aléas climatiques, passer les frontières de pays chahutés géopolitiquement, vaincre les maladies pour enfin arriver jusqu’à nos usines bretonnes.
Si La Gacilly, avec ses 55 hectares de cultures de plantes biologiques, reste définitivement notre Filière Végétale « originelle », la Marque Yves Rocher, forte de plus d’un demi-siècle d’expérience de la Cosmétique Végétale® , utilise aujourd’hui près de 250 ingrédients issus des plantes et venant du monde entier. 

Exigeante, la Marque Yves Rocher a souhaité reproduire le modèle gacillien et étendre ses pratiques de sourcing responsable au monde entier, ayant une responsabilité sur la pérennité de ces ressources. Elle s’appuie pour cela sur l’expertise de ses équipes sur le terrain. Déployés au plus près de la réalité, ces garants des valeurs de la Marque s’assurent de la traçabilité, de la qualité, de la gestion responsable des filières végétales. Une gestion rigoureuse, axée autour de 3 engagements : approvisionner, protéger, partager.

L’huile de Macadamia du Guatemala en étant un par fait exemple !

Fanny Frémont
Responsable RSE Achats, Groupe Rocher
 

Macadamia du Guatemala
Filière végétale durable dans le respect des hommes et de lA terre

Exigentes et rigoureuses, les équipes Yves Rocher assurent sans concession la traçabilité, la sécurité et la gestion responsable des filières, autour de 3 engagements.

S'approvisionner de façon responsable

Le Macadamia a ses exigences : il pousse sous un climat aux hivers doux, où la température ne descendpas au-dessous de 13°C, et où les maximums ne dépassent pas les 30°C. C’est justement le cas au Guatemala, où s’approvisionnent les Laboratoires Yves Rocher pour l’édition limitée Baume Lèvres au Macadamia. Dans la région d’El Pacayal, le fournisseur d’Yves Rocher cultive le Macadamia au coeur d’une forêt présente sur une surface de 600 hectares.

Riche en acides oléiques et palmitoléiques, l’huile de Macadamia est utilisée pour ses propriétés nourrissantes et apaisantes. De plus, elle présente l’avantage d’être très bien absorbée par la peau et d’offrir un toucher sec,ne laissant pas la peau grasse. Elle apporte richesse et douceur dans de nombreux produits Yves Rocher.
 

Protéger le végétal et les Hommes 

Attachés à la qualité des ingrédients, nous restons attentifs aux réalités du terrain. Pour Yves Rocher, tenir ses engagements consiste à prélever les matières premières en contribuant au respect de l’environnement et des hommes.
Les fruits tombés au sol sont récoltés manuellement. Ils sont ensuite triés et dépulpés pour ne garder que la noix contenue dans le fruit. Les noix sont mises à sécher puis stockées. Elles seront plus tard ouvertes pour séparer la coque de l’amande. C’est cette dernière qui est enfin pressée pour obtenir la précieuse huile de Macadamia ! Notre partenaire veille à ce que ce processus soit le plus respectueux possible.

Les noix non utilisées servent de combustible, tandis que l’enveloppe verte des fruits utilisés sert de compost.Une réserve naturelle privée a été créée à côté de la plantation afin de maintenir l’équilibre éco-systémique. La plantation est un centre de vie effervescent, les femmes y récoltent le Macadamia, les hommes y entretiennent la plantation, les enfants, quant à eux, ont accès à une école. Tous vivent dans des maisons familiales financées par notre partenaire.
Amande de Macadamia avant pressage
 
Pressage des amandes et obtention de l'huile de Macadamia
 

Partager avec les populations

Parce qu’agir de façon responsable, c’est aussi penser aux populations, nous nous engageons à accompagner les populations locales afin d’améliorer leurs conditions de vie.
Avec l’édition limitée Baumes Lèvres au Macadamia du Guatemala, Yves Rocher s’engage, au côté de son fournisseur, à soutenir des projets d’amélioration des conditions de vie. Dans la région, l’eau non potable étant une des premières causes des maladies infantiles, nous souhaitons notamment offrir aux familles un accès direct à une eau courante potable au sein des foyers. Une partie des bénéfices de ces baumes sera utilisée pour mener un projet d’approvisionnement d’eau courante potable pour améliorer les conditions de vie des familles dans la plantation d’El Pacayal. 
 

Nous cultivons des relations 
qui donnent le sourire

 


Quoi de plus beau que de faire sourire les femmes ici et là-bas ?
En achetant notre Baume vous prenez soin de vos lèvres, grâce aux propriétés nourrissantes du Macadamia, tout en participant à l’amélioration des conditions de vie des femmes au Guatemala, dans la région d’El Pacayal. Pour matérialiser ce lien solidaire entre vous et les femmes du Guatemala, nous avons souhaité valoriser l’art local traditionnel des « alfombras de aserrín », grands tapis de rue créés à partir de sciure de bois colorée pour célébrer Pâques. Les femmes de la plantation admirent cet art local traditionnel. Encadrées par des artistes locaux, elles ont réalisé des « alfombras de aserrín » au coeur même de leur plantation pour faire découvrir, à travers le design de nos Baumes, leur art local aux femmes du monde entier. Elles ont notamment représenté la biodiversité de la plantation et le « Quetzal », oiseau symbole du Guatemala.
 
 

En résumé

 
  • Lancement en éditions limitées de 3 Baumes lèvres fabriqués à partir de Macadamia issus de notre filière responsable au Guatemala
  • Le design du packaging des baumes de cette édition limitée a été créé par les femmes qui participent à la cueillette du Macadamia.
  • Elles se sont inspirées des « alfombras de aserrin » un art local traditionnel célébré à la période de Pâques où des grands tapis de rues sont conçus à partir de sciure de bois colorée.
  • Une partie des bénéfices de ces baumes sera utilisée pour mener un projet d’approvisionnement d’eau courante potable pour améliorer les conditions de vie des familles dans la plantation d’El Pacayal.